Sélectionner une page

INFOGRAPHIE TENDANCES RH 2018

La 4ème révolution industrielle, celle des services, a profondément bousculé le monde du travail. Les repères structurants les entreprises ont changé : les hiérarchies s’aplanissent, les systèmes d’informations se modernisent, les contextes de travail sont de plus en plus imprévisibles … Et en y regardant de plus près, les tendances RH pour l’année 2018 soulèvent deux grandes questions : celle des outils et celle de la culture.
En effet, l’implantation croissante du digital dans les entreprises bouleverse certains paradigmes et de nouvelles manières de travailler émergent.
Découvrez notre analyse des 8 grandes tendances RH qui vont transformer l’entreprise en 2018.

01

Les robots comme outil

Selon des chercheurs de l’université d’Oxford dans une étude publiée en 2013 (« The Future of Employment: How susceptible are jobs to computerisation?« ), plus de 40% des métiers d’aujourd’hui auront disparu d’ici 20 ans. Les robots vont-ils prendre notre place au travail ?
L’automatisation de tâches basiques, effectuées par des robots, détruira un certain nombre de métiers tout en donnant l’opportunité aux hommes de développer de nouvelles compétences. Il faut donc voir la robotisation de certaines tâches comme une aide permettant de libérer certains employés de tâches pénibles ou répétitives, pour les orienter à terme vers des métiers plus stratégiques.

Plus de 40% des métiers d’aujourd’hui auront disparu d’ici 20 ans

02

Vers une intelligence artificielle empathique

Selon Yuval Noah Harari, auteur et historien : « Nous avons observé d’incroyables développements dans l’intelligence artificielle. » En effet, l’intelligence artificielle est de plus en plus dotée d’empathie qui, couplée à un traitement pointu de la data, constitue une aide précieuse pour fluidifier les processus en termes de ressources humaines.
Comment ? Grâce à une meilleure compréhension des soft skills et des compétences humaines, la machine permet une sélection des candidats plus pointue pour les recrutements, des techniques d’apprentissage mieux adaptées au collaborateur et une plus grande flexibilité au sein de l’entreprise.

03

Une structure en réseau

La culture du travail devenant de plus en plus flexible, les structures managériales se transforment. L’entreprise n’est plus une pyramide, mais un réseau. Grâce aux nouveaux outils digitaux, l’information circule beaucoup plus vite, modifiant ainsi la hiérarchie des rapports. Les organigrammes tendent ainsi à changer de visage : moins verticales, les structures s’aplanissent.

04

Le Chief Freelance officer, DRH de demain ?

La nouvelle génération d’employés veut développer ses compétences plutôt qu’accumuler des années d’ancienneté dans une même entreprise. Grâce au travail en freelance, cette génération dont les pratiques changent peut travailler sur des projets qui les intéressent vraiment, parce qu’ils les choisissent, et ainsi d’être beaucoup plus motivés qu’un employé lambda, tout en apportant un regard extérieur sur les pratiques de l’entreprise.
En parallèle, embaucher des freelances pour un projet permet à l’entreprise de payer moins de charges.
Alors, le Chief Freelance Officer est-il le nouveau DRH ? C’est une question que l’on peut se poser, au vu des collaborations de plus en plus nombreuses entre freelances et entreprises. Les RH doivent anticiper et accueillir au mieux ce nouveau phénomène pour être capables d’accompagner le reste de l’entreprise dans les changements.

05

Changer d'emploi comme de chemise

Selon le Bureau du Travail américain, les étudiants actuels auront déjà eu une dizaine d’emplois différents avant leurs 40 ans.
Les jeunes talents souhaitent multiplier les expériences professionnelles et développer leurs compétences, ce qui s’oppose à la vision plus matérialiste de la génération des baby-boomers. Au gré de leurs désirs, ils changent de travail comme ils changeraient de chemise en fonction de leurs envies du moment.
En conséquence, les entreprises s’adaptent à ce changement de paradigme et développent le travail en équipes projets. Le but : réunir les collaborateurs autour d’un projet précis, sur une temporalité donnée. Une manière d’éviter un turn-over trop important et de conserver les talents en interne.
Un bon moyen aussi, de développer les compétences de chacun et de capitaliser sur les forces des collaborateurs.

Les étudiants actuels auront déjà eu une dizaine d’emplois différents avant leurs 40 ans

06

Les smart objects au service du bien-être en entreprise

Dans un article pour la Harvard Business Review, James Heppelmann, PDG de l’éditeur de logiciels PTC, évoque les fonctions des nouveaux smart objects placés en entreprise. La première est la surveillance, permise grâce à des capteurs qui traitent, stockent et transmettent l’information en temps réel. Aujourd’hui les portiques d’entrée, les imprimantes et même les chaises sont connectés. Une entreprise multi-connectée qui surveille et observe ses collaborateurs : la version 2.0 du pointage, mais aussi une manière d’optimiser la vie des salariés ! Une lumière adaptée en fonction de l’heure du jour, moins de gaspillage d’électricité, la réduction de déplacements inutiles… L’entreprise connectée fluidifie ses process et améliore la vie de ses employés.

07

L'essor des tiers lieux de travail

Le nombre d’espaces de coworking en France s’est multiplié par 10 en moins de 5 ans. La raison : plus conviviaux, plus économiques et plus proches des nouvelles attentes des collaborateurs, les nouveaux espaces de travail bouleversent les pratiques du monde professionnel.
Travailler en open-space empêche certains salariés d’être productifs ou créatifs.
C’est pourquoi les entreprises acceptent et valorisent de nouveaux espaces de travail.
Lieux de coworking recréant des microenvironnements ou bureau à la maison : propices au calme et à la créativité, ces lieux permettent aux collaborateurs de se sentir plus libres, et moins perturbés au quotidien par les contraintes liées à leur espace de travail habituel.

08

La spiritualité au travail

D’après Chade-Meng Tan, qui enseigne la méditation aux employés de chez Google,  » la spiritualité a sa place en entreprise « . Ce bouddhiste singapourien a développé un programme sur le SIY (Search Inside Yourself – cherchez en vous-même) grâce auquel il forme des milliers de personnes à travers le monde à la pleine conscience. Les bénéfices de cette forme de spiritualisme ? Moins de stress, plus de créativité et de productivité : un salarié épanoui est plus efficace. De plus en plus d’entreprises le comprennent et offrent à leurs collaborateurs des espaces de détente, des salles de sport ou des cours de méditation.

Mais certaines vont plus loin : le concept de corporate shamanism prend de l’ampleur. Au-delà des exercices formels pour déverrouiller le potentiel des collaborateurs et capitaliser sur les points forts d’une entreprise, le corporate shamanism propose, grâce à une série d’entrainements rigoureux, de changer les angles de perception des salariés, et ainsi de faire apparaître de nouvelles réalités au sein de l’entreprise. On peut envisager que ces techniques ancestrales deviendront monnaie courante dans l’entreprise de demain. Une façon de ré-humaniser le travail et de changer le paradigme liant les employés à leur environnement.

Au rythme des innovations naissent de nouvelles cultures de travail.
À nous de les prendre en main pour accueillir ces nouvelles tendances et accompagner la transformation de nos entreprises et de nos employés avec douceur et pertinence.
Si vous souhaitez en savoir plus, ou si vous avez besoin d’aide pour transformer les pratiques et process de votre entreprise, contactez-vous !

Jean-Noël Chaintreuil

Jean-Noël est le fondateur-directeur de 231E47 – premier laboratoire d’acculturation (basé à Toulouse, Paris, NY et Singapore) qui accompagne ses clients (BNP Paribas, Hermès, Guerlain, L’Oréal, Faurecia, Solvay, AXA,…) sur les nouvelles problématiques liées au digital : expérience collaborateurs, nouveaux usages, équipe intergénérationnelle,, etc – afin d’explorer, d’expérimenter et de construire leurs futurs.
Il enseigne (Sorbonne, Sciences Po, Dauphine, Stanford, Sorbonne Abu Dhabi…), donne des conférences et coaches plusieurs directeurs sur les problématiques d’acculturation et de culture digitale, en France et à l’étranger (US, Australie, Italie, Egypte…). Il est également l’auteur de plusieurs livres dont le récent « RH et Digital, regards collectifs de RH sur la transformation digitale » qui amène les RH et les ComEx à réfléchir sur leurs trajectoires de transformation et à les mettre en œuvre.

Maud Cloix

Passionnée de sciences humaines, découvertes grâce à ma formation en classe préparatoire, je suis actuellement étudiante au CELSA en Ressources Humaines et communication, avec un seul but : révolutionner le monde de l’entreprise grâce à l’apprentissage de pratiques RH innovantes ! Au sein de 231e47, j’apporte mon soutien à de multiples missions, de la veille à la réalisation d’outils innovants au service des entreprises.

Prêts pour lancer votre véritable transformation culturelle ?

Vous souhaitez mieux nous connaitre ? Ça tombe bien, c’est réciproque.

FrenchEnglish