Sélectionner une page

RÉFLEXIONS & TRANSFORMATIONS CULTURELLES

Évolution de l’apprentissage à l’ère du digital: Comment former un public à l’attention de plus en plus volatile ?

En quelques années, notre faculté de concentration est passée en dessous de celle du poisson rouge ! 8 secondes. Ce n’est ni plus ni moins le temps dont vous disposez pour faire passer votre message de manière efficace.

Devenus une population habituée à être divertie en permanence, nous sommes adeptes du multi-tasking et voulons être constamment stimulés, découvrir de nouvelles choses. Nos moments de patience sont occupés par les réseaux sociaux et l’ennui, moment d’assimilation des connaissances, est porté disparu : tout cela en à peine une décennie !

L’apparition du digital nous a habitué à la facilité, l’information est à portée de clics et disponible en différents formats (Ted Talks, articles, jeux, podcasts…et même le flux interrompu des notifications !). Si un site n’est pas clair, fluide et intuitif dans son message ou son action, il nous suffit de retourner à la page de recherche principale et de sélectionner le lien suivant. Pourquoi ne pas éviter l’effort si cela est possible ? C’est la clef du succès de Foodora, Uber ou encore Tinder qui effacent tous ces points de frictions pour offrir l’expérience utilisateur la plus intuitive possible.

Les écoles, les centres de formation et les entreprises doivent s’adapter progressivement à ces changements et ne jamais arrêter de s’adapter car cette dynamique est perpétuelle et ne cessera de s’accélerer ces prochaines années. Les formations doivent se mettre en phase avec l’ère digitale qui transforme profondément les attentes de leur public traditionnel. Le recrutement des nouveaux talents est également un enjeu,  car la capacité à les séduitre, les fidéliser et les faire monter en compétence sont des enjeux fondamentaux des RH.

Comme vous avez pu le lire dans l’édito de notre newsletter il y a quelque mois, chez 231e47 nous avons expérimenté le « Walking Learning » : une formation sur les réseaux sociaux qui a la particularité de se dérouler tout en marchant dans la ville, smartphone en main. Pourquoi est-ce que cela fonctionne ? Parce que marcher dans la ville nous permet d’être stimulés et d’appliquer concrètement les idées qui nous viennent dans l’instant. Je me balade et mon regard croise une publicité sur l’abribus qui contient un hashtag et c’est parti pour 8 secondes sur Instagram. Puis, en 3 secondes, on se connecte sur LinkedIn avec la nouvelle rencontre faite dans l’espace de coworking… Les poissons rouges apprennent ainsi sans s’en rendre compte et ils saisissent concrètement l’utilité des différents réseaux sociaux, en plus de passer un bon moment avec leurs congénères.

La formation ne doit pas être figée mais au contraire s’adapter aux collaborateurs et comprendre leurs attentes : être “collaborateur centric”. Les participants deviennent acteurs de leur propre formation. Ces points sont depuis très longtemps affirmés par les neuro-sciences qui remettent en question l’éducation dite “classique” où l’implication des participants ne se fait que par l’écoute et les rares moments de participations.

Si le sujet des formations est déterminant pour les apprenants, la forme a donc également une importance capitale. Les programmes “one shot” ont montré leur inefficacité et laisse place petit à petit au blended learning : un mélange des différentes méthodes de formation. De plus petits groupes, en ateliers, où le sachant et les apprenants sont remplacés par un animateur et des échanges. Un format court peut généralement être approfondi avec l’usage des COOCS (Corporate Online Open Courses). La gamification de l’apprentissage se répand également avec les barcamps, une présentation sous forme de kermesse où chaque stand présente une innovation, on se challenge entre collègues à travers de jeux, mais aussi des Learning Expeditions où l’on apprend en expérimentant sur le terrain… En somme, les formations pratiques s’associent systématiquement à une approche davantage théorique.

L’idée est de multiplier les occasions d’apprendre afin que chacun puisse trouver la formation qui lui correspond le mieux : nos poissons rouges ne souhaitent pas tous faire un tour dans le même bocal ! Finalement l’ère digitale permet d’élargir le spectre de l’apprentissage et de la formation et permet de toucher la singularité des profils apprenants. Ainsi chaque intelligence est valorisée favorisant son apprentissage. Le digital n’est qu’un outil nous permettant de répondre de manière plurielle à notre prédisposition d’apprentissage. Cette diversité permet de ne pas écarter les intelligences singulières mais au contraire de tirer l’intégralité du groupe vers le haut en adaptant les formations aux individus. Surtout, il est nécessaire de toujours voir plus loin et de remettre en question les paradigmes en place pour participer au changement et ainsi garder ses poissons motivés. La formation participe pleinement à la transformation de l’entreprise et la montée en compétence du groupe.

Future of education is NOW!

Anna Rollet

Faites-nous signe si vous aussi vous aimez les 🐼 et les 🐨

Échangeons sur vos problématiques de transformation culturelle autour d’un café ou d’un thé