Selon le 8e Baromètre du défenseur des droits DDD/OIT réalisé par l’Ifop en 2015, 85 % des demandeurs d’emploi estiment que les discriminations à l’embauche sont fréquentes.

 

Le lundi 18 avril dernier, le Ministère du Travail a lancé une vaste campagne de sensibilisation pour lutter contre les discriminations à l’embauche.La campagne, déployée sur le web et avec plus de deux mille affiches dans le métro et les gares présente des montages de photos de candidats à compétences égales, de différentes couleurs de peau.

Sur l’image du candidat blanc on peut lire une réponse positive du recruteur : « à demain », « bienvenue dans l’équipe » ; à l’inverse, sur celle du candidat de couleur, la réponse est négative « désolé, on ne recherche personne ». Cette campagne a pour but de sensibiliser le grand public et les recruteurs au danger de la discrimination raciale à l’embauche qui est toujours très importante.

Cette campagne s’est accompagnée d’une vaste opération de testing, présentée comme une alternative aux CV anonymes. Le testing est un moyen concret de mesurer la part de discrimination en entreprise, en envoyant de faux CV de candidats à compétences égales, différenciés par un facteur discriminant. Depuis le début du mois d’avril, des CV uniquement différenciés par un critère relevant des vingt motifs de discrimination sont envoyés à grande échelle à des entreprises de plus de 1000 salariés.En effet, l’initiative des CV anonymes n’a pas connu de réel succès : alors que pour certains, il ne fait que reculer le moment de la discrimination, pour d’autres, il reste discriminant à cause de l’inscription du lieu de vie du candidat.

 

La ministre a voulu hausser le ton face à un constat alarmant : un chercheur d’emploi sur trois déclare avoir déjà été victime de discrimination.

« À diplôme égal, il y a deux fois plus de chômage chez les jeunes des quartiers populaires. Cela crée un sentiment d’humiliation terrible, cela montre encore les barrages, les frontières qui existent dans notre société, » a déclaré Myriam El Khomri.

L’initiative est complétée par un accès à la législation simplifiée avec le site . Des campagnes de sensibilisation concernant l’âge et le sexe des candidats sont également disponibles,palliant ainsi les failles de la campagne existante.

 

discri_reference

 

En effet, si le geste de sensibilisation concernant la discrimination raciale reste plus que nécessaire en France, il faut rappeler que les premiers critères de discriminations restent l’âge, le sexe, l’handicap et le physique avant la couleur de peau ou l’origine du candidat. Ce qui peut expliquer certaines réactions des internautes, particulièrement sur Twitter : les tweets concernant l’absence d’autres formes de discriminations ne se sont pas fait attendre.

 

CgdxxhnW8AEDcI_

 

Et aussi :

 

Ces réactions sont intéressantes, en ce qu’elles soulignent une réaction qui arrive souvent lorsque l’on aborde les problématiques de discrimination, que ce soit en fonction de la couleur de peau, de l’âge ou encore du genre. Les groupes socio-démographiques qui ne sont pas victimes de la discrimination mise en avant se demandent pourquoi aucune campagne n’est mise en place pour eux. Ainsi, alors que la campagne #LesCompétencesDabord est dans la continuité d’une campagne plus large du gouvernement contre le racisme (pas seulement sur le lieu de travail), les femmes, les jeunes, les seniors se demandent pourquoi on ne met pas en avant la discrimination dont ils sont victimes. En revanche, rares sont ceux qui remarquent que cette campagne arrive très tard dans le parcours des individus : s’ils sont discriminés au travail, ils l’ont déjà été dans leur scolarité et leurs études. La question sur l’égalité des chances devrait ainsi aussi être posée bien avant le début d’une carrière professionnelle.

On peut quand même se demander quels seront les impacts concrets de cette vaste campagne médiatique sur la diversité en entreprise. Réponse mi-2016, lorsque le gouvernement annoncera les résultats des entreprises testées !

Pour mieux comprendre les enjeux de toute l’actualité RH, inscrivez-vous à notre newsletter !

Maud Cloix

Chef de projets RH

Passionnée de sciences humaines, découvertes grâce à ma formation en classe préparatoire, je suis actuellement étudiante au CELSA en Ressources Humaines et communication, avec un seul but : révolutionner le monde de l’entreprise grâce à l’apprentissage de pratiques RH innovantes ! Au sein de 231e47, j’apporte mon soutien à de multiples missions, de la veille à la réalisation d’outils innovants au service des entreprises.

Andrea Goulet

Stratégie & Marque employeur

Multiculturelle, spécialiste de communication multi-canaux, Andrea est responsable de la veille et de la stratégie éditoriale de 231e47. Elle accompagne nos clients dans la construction de leur marque employeur et les conseille dans leur positionnement sur les réseaux sociaux.